Bibliothèque des Archives et du Cabinet des Monnaies et Médailles
Bibliothèque des Archives et du Cabinet des Monnaies et Médailles
10 rue Clovis Hugues
13003 Marseille

04 91 55 33 75

Courriel

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
9h 9h 9h 9h 9h - -
17h 17h 17h 17h 17h - -
    • Présentation
    • À découvrir
    • Numismatique
    • Autour
    • Pratique
    Des livres aux Archives ! Histoire, Histoire de Marseille, Archivistique, Numismatique

    Les Archives de Marseille s'accompagnent d'une bibliothèque d'étude, riche de plus de 25000 documents sur l'histoire de Marseille ainsi que de fonds variés. Cette structure est courante en bibliothèques d'archives.

    La bibliothèque dispose aussi d'un fonds spécialisé en numismatique de par la présence du Cabinet des monnaies et médailles, un musée accessible au sein du bâtiment des Archives.

    Les fonds à découvrir :

    • Histoire et en particulier Histoire de Marseille et de la Provence

    L'Histoire de Marseille d'Antoine de Ruffi (1642) côtoie des titres plus contemporains comme l'Histoire universelle de Marseille d'Alèssi Dell Umbria. Autres thèmes : les personnalités marseillaises, avec par exemple le Dictionnaire des Marseillais, les lieux, les monuments et l'évolution politique, urbaine et administrative de la cité. Une collection complète d'annuaires, l''Indicateur Marseillais, couvre la période de 1770 à 1971 et qui est une mine de renseignements particulièrement appréciée.

    • Sciences auxiliaires de l'Histoire

    Archivistique, paléographie, sigillographie : des manuels, de la documentation professionnelle ainsi que des périodiques tels que Gazette des Archives ou Archimag serviront les historiens comme le public étudiant.

    • Documentation administrative

    Les Lois et décrets, le Bulletin des Lois et le Journal officielforment une documentation administrative complète.

    • Des bibliothèques de fonds privés

    Certaines bibliothèques privées ayant appartenu à des personnalités marseillaises ont été données aux Archives.Leurs livres nous permettent de découvrir un peu leur personnalité.

    La bibliothèque des Archives s'est ainsi enrichie des bibliothèques privées de la famille Charles-Roux, de Gaston Defferre, de Jean Ricard, Louis Gibbal et Eugène Estrangin.

    Dans le catalogue de la bibliothèque des Archives, ces fonds sont clairement identifiés et désignés par le nom de famille de leur ancien propriétaire.

    Pour une approche encore plus intéressante et plus complète, ces collections d'ouvrages sont toujours à rapprocher des fonds d'archives, classés dans la série « II » des fonds privés.

    Découverte du Fonds Charles-Roux

    Donnés en 1995 par Edmonde Charles-Roux en même temps que les archives de la famille Charles-Roux, les ouvrages de ce fonds ont appartenu à son père et à son grand-père. Mélange de paternalisme et de dignité, sa personnalité rayonne surtout en tant que politicien et colonialiste, à une époque où Marseille connaît un développement économique sans pareil. Son fils François Charles-Roux lui succède dans la vie politique et publique dans une carrière cependant différente car plus internationale : diplomate à Saint-Pétersbourg, Constantinople, Le Caire, Londres et ambassadeur de France à Rome en 1932, il fut aussi secrétaire général au ministère des Affaires étrangères.

    Le fonds est constitué de plus de 3200 ouvrages, périodiques et brochures : des livres d'histoire, des livres d'art, des guides touristiques et quelques beaux ouvrages de bibliophilie. On retrouve dans la bibliothèque de ces mécènes et voyageurs tout leur intérêt pour l'ailleurs, leur conviction pour un ordre libéral et, plus particulièrement dans le cas de Jules Charles-Roux, un attachement sincère à la Provence.

    Les documents d'archives de cette grande famille marseillaise peuvent être consultés dans la série 80 II.

    • Numismatique

    La bibliothèque du Cabinet des monnaies et médailles des Archives de Marseille est à découvrir dans l'onglet Numismatique ci-contre.

    • Presse ancienne et actuelle - Revues

    Une collection de presse ancienne facilitera la recherche d'évènements avec des titres régionaux comme la Gazette du Midi, le Petit Marseillais ou le Petit Provençal. Des revues telles que Provence Historique ou la Revue Marseille, apporteront un éclairage plus contemporain aux études sur Marseille ou la région.

    Un fonds de bibliophilie marseillaise : les Bibliophiles de Provence

    Les Bibliophiles de Provence ont donné à la Bibliothèque des Archives municipales de Marseille en 1997 un exemplaire de l'ensemble de la production de leurs livres. Ce don constitue le fonds des Bibliophiles de Provence, qui est aujourd'hui librement communicable. Il fait suite à l'exposition qui leur a été consacrée en 1990 au sein des Archives. Les objectifs étaient alors se créer un patrimoine, de mettre en avant leur appartenance à celui de Marseille et la Provence ainsi que de se faire connaître.

    La Société des Bibliophiles de Provence, créée en 1926 et dont le siège social se trouvait à Marseille, a existé pendant près de 80 ans au sein du paysage éditorial marseillais. Près d'une trentaine de titres ont été publiés par cette association – anciennement société qui bien qu'exerçant un rôle d'édition de ces livres, revendique être une entreprise d'amateurs, motivés par leur goût pour les livres. L'intérêt que représente la bibliophilie au cours du 20e siècle se retrouve donc bien au sein de cette société.

    Les Bibliophiles de Provence privilégièrent la publication de textes provençaux, sous la coupe de Jean Giono, Théodore Aubanel ou encore Paul Arène. Des titres comme Faust de Goethe ou Le livre de la pauvreté et de la mort de Rainer Maria Rilke ont également été publiés. Plaisir personnel ou textes majeurs de la littérature du 20e siècle, les choix éditoriaux sont au centre de l'activité des Bibliophiles de Provence.

    Les livres se consultent tout aussi bien pour les illustrations. En effet, dans cette tradition des bibliophiles, les artistes sollicités, aussi divers en style qu'Antoni Clavé, Brigitte Courdain, Johnny Friedlaender ou autres, prennent une place considérable. Leur talent est utilisé pour illustrer les propos de l'auteur et les illustrations sont originales. Les tirages limités des livres des Bibliophiles – 250 exemplaires maximum – contribuent à la rareté de ce fonds et à sa richesse.

    Ces livres illustrés sont avant tout des livres uniques, qui témoignent de l'histoire de la bibliophilie et de l'évolution des formes du livre. Le développement du livre illustré – dont une définition impose la collaboration d'un auteur et d'un artiste – s'observe ainsi au cours des années 20 par le biais des réseaux de bibliophilie.

    L'élaboration de ces livres fut entièrement pilotée par le Comité de la Société. Il apporta un soin à la typographie ainsi qu'au papier choisi : par exemple, certains livres sont de grands formats, sur papier de vélin d'Arches ou de Rives et avec des caractères de police spécifiques. Ceci témoigne de la rigueur des membres de cette association, qui en compta, à l'apogée de son activité, près d'une centaine.

    La Bibliothèque conserve aujourd'hui 28 titres publiés par les Bibliophiles de Provence, ce qui la place comme la seule bibliothèque en Provence et en France disposant d'un fonds aussi complet. L'objectif est de compléter éventuellement ce fonds afin de conserver l'ensemble des livres de la Société.

    Pour comprendre l'histoire de cette Société et le contexte dans lequel elle publia ses livres, les archives sont indispensables. Les Archives de Marseille conservent ainsi des dossiers sur cette société, notamment celui du fonds Jean Cherpin – fondateur de la revue Arts et Livres de Provence et membre actif des Bibliophiles de Provence – sous la cote 27II24, qui documente sur la création de l’œuvre Amers de Saint-John Perse.

    Contrairement aux cercles fermés des bibliophiles du 20e siècle, la richesse de ce fonds le destine à un public varié : amateurs de beaux livres, bibliophiles, chercheurs, passionné d'art ou simple lecteur curieux. L'ensemble du fonds est à disposition du public à la Bibliothèque du Cabinet des monnaies et médailles et des Archives municipales sous les cotes BPV 1 à BPV 29.

    Le fonds de numismatique, un outil de travail indispensable du Cabinet des Monnaies et Médailles, s'est constitué au XVIIIe siècle grâce à la bibliothèque de Jules Fauris de Saint Vincent, collectionneur, avec de précieux ouvrages anciens dont les premiers traités de Guillaume Budé De Asse (1514) et de Georgius Agricola De mensuris... (1550). Des revues spécialisées en langues française et étrangères dont les abonnements remontent au XIXe siècle (Numismatic Chronicle, la Revue Française de Numismatique) participent à l'accroissement régulier du fonds grâce aux acquisitions des publications scientifiques, des dernières parutions en français et en étranger et de nombreux catalogues de vente.

    L'accent est mis sur la découverte du fonds des livres Laugier, qui a récemment été traité.

    Les livres Laugier : à la découverte d'un numismate passionné.

    L'histoire de la bibliothèque privée de Laugier est infiniment liée à celle du Cabinet des monnaies et médailles de Marseille. Toulonnais, ancien mécanicien de la Marine, Joseph François Laugier (1928-1901) consacra sa vie au Musée dont il fut le conservateur pendant près de trente ans, et ce jusqu'à sa mort (source : J. Bouvry, L’irrésistible Monsieur Laugier ou la bonne fortune des monnaies, Cabinet des monnaies et médailles de Marseille, Archives de la ville, 1987). Les archives témoignent de l'importance et de l'empreinte qu'il a laissé au sein de l'institution : inventaires des collections du Cabinet des Monnaies et Médailles, correspondances, carnets de notes ou autres papiers sur la numismatique.

    Une partie de ces livres fut transmise à ses héritiers – aujourd'hui Vesin-Tachoire – qui décidèrent en 1991 de les donner au Cabinet des monnaies et médailles, à la suite de l'exposition l’irrésistible Monsieur Laugier tenue en 1987. Il n'est donc pas difficile d'imaginer pourquoi ce fonds est aujourd'hui conservé au sein de la bibliothèque du Cabinet des monnaies et médailles et des Archives municipales.

    Ce fonds se compose de près de 200 livres qui datent en majorité du XIXe siècle, bien que certains remontent au XVIIe siècle, une diversité dans les époques mais également dans le contenu puisque nous retrouvons des livres très hétéroclites. Ce fonds témoigne ainsi de l'intérêt que portait Joseph Laugier au monde qui l'entourait.

    Passionné de numismatique et d'héraldique, avec un goût marqué pour l'orient et l'archéologie, Laugier acquit de nombreux livres sur le sujet et se consacra également à la rédaction d'articles qui sont aujourd'hui présents dans le fonds. Les dons de ses amis ou connaissances écrivains témoignent de l'érudition de Laugier et enrichissent sa bibliothèque. En effet, des livres de Louis Blancard ou du docteur Barthélémy, amis de Laugier, côtoient les siens. Ses livres sont également le reflet de son travail au sein du Cabinet, comme le prouvent les ouvrages sur celui-ci, ou encore l'inventaire de la collection numismatique dont il avait la charge parmi laquelle les monnaies de l'Ordre de Saint Jean Jérusalem.

    L'attachement de Laugier à Marseille et à la Provence se découvre au fil des titres qu'il se procurait – Arles, Aubagne ou les Baux-de-Provence - et l'importance qu'il donnait à connaître leurs histoires. Ses origines prennent toutefois une place capitale au sein du fonds et il acquit de nombreux ouvrages sur Toulon et sur son histoire. Cette bibtiothèque est donc d'une très grande richesse car elle permet de découvrir l'homme au dehors de son rôle de numismate.

    Caricaturiste, excellent dessinateur, Laugier utilisa ses livres comme des canevas pour exprimer sa créativité et ses idées. Tout comme dans ses carnets, conservés à l'Académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille, ex-libris, dessins humoristiques, dessins d'armoiries et notes diverses – dont la finesse et la rigueur sont à relever - se côtoient et se découvrent au fil des pages. Sans doute Laugier concevait-t-il ses livres comme des outils de travail, si bien que nombre de ceux-ci ont été modifiés ou du contenu a été ajouté. Des pages de titre ou de garde ont par exemple été arrachées, mais l'ancien conservateur avait pour habitude de réutiliser ces feuilles pour son propre travail. Des éléments inattendus, parfois surprenants, mais qui font de ces ouvrages des livres uniques. D'autant plus uniques que certains ouvrages sont inédits : la Danse Macabre (Num LAU 68) par exemple, conçu par Laugier lui-même. Il faisait en effet régulièrement relier certaines de ces acquisitions pour les constituer en recueil factices.

    La personnalité de leur ancien propriétaire se reflète donc sur ces livres. Livres d'histoire, d'art, de poésies, de religion, de numismatique ou encore d'archéologie, ils sont à découvrir et à consulter à la bibliothèque du Cabinet des monnaies et médailles et des Archives municipales de Marseille sous la série de cotes Num LAU.

    Les notices bibliographiques de ces ouvrages sont consultables sur le catalogue du réseau des Bibliothèques de la ville.

    Les Archives et autour des pôles spécialisés (Patrinoine, Audiovisuel, Spectacle, ...)

    La bibliothèque des Archives vient aider le public dans ses recherches sur les fonds d'archives. Véritable mémoire de la ville, les Archives de Marseille sont l'un des plus anciens et plus importants centres d'archives municipales de France. Elles conservent aujourd'hui plus de 16 km linéaires de documents, issus des différents services municipaux et complétés par des archives privées. Le fonds documente et illustre l'activité et l'histoire de la cité phocéenne depuis le XIIIe siècle jusqu'à nos jours, dans de nombreux domaines : finances, urbanisme, police, commerce, industrie, culture... Tous les documents et les instruments de recherche sont à la disposition du public dans une salle de lecture, ainsi que sur internet. Les expositions et conférences organisées par les Archives permettent de mettre en valeurs ces trésors de l'histoire.

    Situé dans la zone des Friches de la Belle de Mai, le Pôle Patrimoine est axé sur la conservation et la restauration d’œuvres d’art et d’archives. Ses 24 000 m2 abritent les Archives Municipales de Marseille, et aussi :

    • le CICRP, 1er Centre Interrégional de Conservation et de Restauration du Patrimoine de France, inauguré en octobre 2002. Implanté sur 7 500 m², le CICRP intervient sur des restaurations d'oeuvres de grand format.

    • la ­Conservation du Patrim­o­ine des Musées et le Fonds Commu­nal d'Art Contemporain ont été installés rue Clovis Hugues en 2005.

    • l’INA Méditerranée, ouvert en 2006 dans un bâtiment de 2 000 m², dont les missions essentielles relèvent de la conservation de l'ensemble des archives audiovisuelles de la chaîne publique France Régions 3 Méditerranée.

    Le Pôle Média Audiovisuel ouvert en 2004 regroupe les studios de cinéma, la pépinière d’entreprises et de nombreuses entreprises et associations de l’audiovisuel et du multimédia.

    Le Pôle Spectacle vivant situé de l’autre côté de la rue Jobin, organise dans ses locaux des manifestations, des concerts, des expositions et accueille de nombreuses entreprises en contact avec la vie culturelle et artistique.

    Le CCR du MuCEM : le centre de conservation des Ressources conçu par l'architecte Corinne Vezzoni abrite l'ensemble des réserves du musée ainsi que ses fonds documentaires, sa bibliothèque et ses archives scientifiques.

    Tous les documents de la bibliothèque des Archives sont disponibles pour la consultation sur place :

    • un choix de revues et de livres de références est en libre accès dans la salle de lecture des archives.
    • Une collection plus importante est en accès indirect et la consultation de ces livres se fait de la même manière que pour les documents d'archives : une inscription se fera sur place à l'accueil sur simple présentation d'une carte d'identité. Elle se traduit par la remise d'une carte de lecteur et d'un badge pour circuler dans le bâtiment.
    • La demande de communication des ouvrages de la bibliothèque doit être faite en salle de lecture des Archives: un président de salle guide les lecteurs dans leurs recherches sur le catalogue.

    Horaires 

     

    Bibliothèque : nouveaux horaires 2016 !
    Le lundi de 13h à 16h45
    Du mardi au vendredi de 9h à 16h45 sans interruption

    • Horaires modifiés pendant l'été
    • Fermeture pendant les semaines 2 et 3 du mois de janvier pour inventaire

    Accès

    • Métro ­Ligne 1 et 2 : station Saint-Charles
    • Tramway Ligne 2 : station Longchamp ou National
    • Bus Lignes 33, 34, 49, 52

    Accessible aux personnes handicapées moteur